Search for content, post, videos

Tu comprendras quand tu seras plus grande de Virginie Grimaldi

Quatrième de couverture

Quand Julia débarque comme psychologue à la maison de retraite Les Tamaris, elle ne croit plus guère au bonheur. Une fois sur place, elle se souvient aussi qu’elle ne déborde pas d’affection pour les personnes âgées. Dire qu’elle a tout plaqué pour se sauver, dans tous les sens du terme. Mais au fil des jours, la jeune femme découvre que les pensionnaires ont des choses à lui apprendre. Son quotidien avec des papys farceurs, des mamies fantaisistes et des collègues au coeur brisé lui réserve des surprises qui pourraient bien l’aider à retrouver le sourire. Sans oublier Raphaël, le petit-fils d’une résidente, qui ne la laisse pas indifférente…

Chez Fayard – ISBN 978-2-253-06984-3

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les 5 raisons de lire ce livre

1 ▸ parce que l’histoire est belle, drôle et émouvante ; c’est tout ce qu’on attend d’un livre.

2 ▸parce qu’il y a vraiment de bons mots qui m’ont fait pouffer de rire toute seule devant mon bouquin.

3 ▸parce que c’est une histoire pour nous faire apprécier le moment présent.

4 ▸si vous ne voulez pas pleurer arrêtez vous au chapitre 101 mais se serait dommage de rater la fin de cette histoire pleine d’émotions

5 ▸ parce que c’est l’occasion d’écouter le duo d’Aldebert et Maxime Le Forestier « Plus tard quand tu seras grand »

Moment de lecture

On ferait quelque chose, n’importe quoi, un Scrabble, un gâteau, un câlin, un goûter, une lecture de poèmes, une discussion. N’importe quel prétexte pour passer du temps ensemble. Je surprendrais son regard posé sur moi, plein de cet amour mêlé d’angoisse que l’on réserve à ceux qui comptent vraiment. Elle surprendrait le mien, aussi. Il y aurait, cachées derrière un baisé appuyé, un sourire qui dure ou un compliment banal, des choses que l’on ne dit pas parce qu’il n’existe que trois mots pour les dire, et qu’on ne dit pas ces mots-là comme ça, sans occasion.

Bonne lecture !

PS : Si vous avez aimé ce livre, vous pouvez aussi lire « Mémé dans les orties » que je vous conseille ici.

Laissez-moi un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués par un *