Strict Standards: Static function Automattic\Jetpack\My_Jetpack\Product::get_name() should not be abstract in /home/marionsapn/www/wp-content/plugins/jetpack/jetpack_vendor/automattic/jetpack-my-jetpack/src/products/class-product.php on line 139

Strict Standards: Static function Automattic\Jetpack\My_Jetpack\Product::get_title() should not be abstract in /home/marionsapn/www/wp-content/plugins/jetpack/jetpack_vendor/automattic/jetpack-my-jetpack/src/products/class-product.php on line 146

Strict Standards: Static function Automattic\Jetpack\My_Jetpack\Product::get_description() should not be abstract in /home/marionsapn/www/wp-content/plugins/jetpack/jetpack_vendor/automattic/jetpack-my-jetpack/src/products/class-product.php on line 153

Strict Standards: Static function Automattic\Jetpack\My_Jetpack\Product::get_long_description() should not be abstract in /home/marionsapn/www/wp-content/plugins/jetpack/jetpack_vendor/automattic/jetpack-my-jetpack/src/products/class-product.php on line 160

Strict Standards: Static function Automattic\Jetpack\My_Jetpack\Product::get_features() should not be abstract in /home/marionsapn/www/wp-content/plugins/jetpack/jetpack_vendor/automattic/jetpack-my-jetpack/src/products/class-product.php on line 167

Strict Standards: Static function Automattic\Jetpack\My_Jetpack\Product::get_pricing_for_ui() should not be abstract in /home/marionsapn/www/wp-content/plugins/jetpack/jetpack_vendor/automattic/jetpack-my-jetpack/src/products/class-product.php on line 174

Strict Standards: Static function Automattic\Jetpack\My_Jetpack\Product::get_manage_url() should not be abstract in /home/marionsapn/www/wp-content/plugins/jetpack/jetpack_vendor/automattic/jetpack-my-jetpack/src/products/class-product.php on line 181
CONFINEMENT : conseils de 40 à 55 – Marion Salomé
Search for content, post, videos

CONFINEMENT : conseils de 40 à 55

Pfff c’est long ….

Pour lire les premiers conseils, c’est par ici.

SEMAINE DE DINGUE : ÉTUDIER, ÉTUDIER ET ENCORE ÉTUDIER

Comme je vous l’ai dit ici, j’ai repris des études en parallèle de mon travail. Au début du confinement, il m’a été annoncé que je passerais les épreuves de mon diplôme en septembre puisque mon organisme de formation ne fournit pas de relevé de notes. J’avais déjà du retard dans le planning, mais à ce moment-là, j’ai encore ralenti le rythme puisque j’avais trois mois supplémentaires.

Finalement, il y a dix jours, le CNED a annoncé que les devoirs allaient servir de base à un relevé de notes pour obtenir le diplôme en contrôle continu. Euh… autant j’ai rendu les 5 devoirs du premier semestre, autant je n’avais pas commencé les 9 du second semestre. Je viens de passer une semaine intensive à rattraper tout mon retard. J’ai pu rendre 8 devoirs, la date de retour ayant été avancée de cinq semaines ! Il me reste encore un rapport de stage à finir et ça devrait être bon.

Finalement, le combo confinement + vacances a servi à quelque chose !

JOUR 49 : DES CROQUE-MONSIEUR

Une semaine à passer au minimum 6h par jour devant mes cours, alors pas le temps de cuisiner pendant des heures et vous connaissez mon aversion à faire la vaisselle. Je peux vous dire qu’il n’y a pas que le contenu de mes cours que j’ai ingurgité en masse.

Le croque-monsieur est devenu mon must-have du confinement. Rapide à préparer et cuisson facile au four. On peut en plus varier les plaisirs : avec ou sans tomate, avec double dose de jambon ou pas, avec fromage gratiné sur le dessus ou (mon préféré) tartiné de beurre. Et il n’y a qu’un couteau et une assiette (à dessert, pourquoi prendre plus grand) à laver. Parfait !

JOUR 50 : DU CHOCOLAT, ENCORE ET TOUJOURS

A chaque fois que je fais de la pâtisserie, j’ai l’impression de jouer à Bâtisseurs, Seasons ou tout autres jeux de société de gestion de ressources. La question est toujours de savoir si j’utilise autant d’œufs pour un fondant au chocolat ou si c’est vraiment judicieux d’entamer de moitié la dernière plaquette de beurre pour faire des cookies. Chez moi, la réponse est toujours oui, comme dit ma maman, je suis un bec-sucré.

Franchement, avec 4 œufs qu’est ce qui est le mieux : deux quiches, des oeufs mimosas, une omelette ou un fondant au chocolat ?

Alors oui, ce deuxième mois de confinement aura vu l’avènement des croque-monsieur et autres fondants au chocolat alors que parallèlement j’ai arrêté d’aller courir et de sortir de manière générale. Si vous vous posez la question, je ne sais pas comment c’est possible, mais je rentre encore dans mes fringues. 

PS : cinquante jours putain ! (oui les grossièretés sont autorisées pour ça, cinquante jours seule chez moi, c’est complétement dingue, il me resterait pas une part de fondant pour penser à autre chose ?)

JOUR 51 : J-5, 4, 3, 2, 1, …

Le premier qui cri « bonne année », franchement, c’est vraiment… drôle. Ça me fait rire à chaque fois car la personne est toujours très fière de sa blague et les personnes autour la regarde avec un tel désarroi.

Plus sérieusement, j’ai eu une crise de larmes rien qu’en écrivant ces mots. Je me sens tellement chanceuse car mes parents et mes grands-parents habitent dans le même département que moi. Je vais pouvoir aller les voir dés lundi.

Lundi… ça faisait des jours et des jours que le défilé des jours m’était indifférent. Quelle différence entre un samedi, un mercredi ou un mardi. Seule chez soi, tous les jours sont les mêmes. Mais, ce lundi, je vais revoir mes collègues à 8h30 et manger chez mes parents le soir. Ça parait si simple et pourtant c’est grâce à ça que je tiens le cap et ne sombre pas depuis cinquante-et-un jours. J-5 !

JOUR 52 : BARBARA

En suivant les recommandations sur Napster, j’ai découvert un album de reprises des chansons de Barbara par des artistes féminines. La première chanson m’a bouleversée. Je me suis dit, voilà, c’est exactement ça.

Cette reprise de la solitude par Zazie est juste sublime.

Partout, elle me fait escorte
Et elle me suit, pas à pas
Elle m’attend devant ma porte
Elle est revenue, elle est là
La solitude, la solitude

Bon, heureusement que je n’ai pas découvert cette chanson au début du confinement car c’est pas du plus gai. Mais elle décrit tellement bien cette solitude forcée d’un confinement seul chez soi. Alors, oui, la solitude porte la triste gueule de l’ennuie, elle n’est pas belle à regarder, mais grâce à mes proches, je n’ai pas eu le goût du malheur. Dans quatre jours, elle ira voir ailleurs si j’y suis.

JOUR 53 : WEEK-END DE 3 JOURS

Vous vous souvenez début janvier, quand vous êtes allés sur internet regarder le calendrier de 2020 pour savoir quand est-ce-que les jours fériés tombaient ? Chouette, en mai, on aura deux week-ends de trois jours et un pont !! Il est loin l’enthousiasme de la nouvelle année qui commence et de ses horoscopes qui vous prédisaient une belle rencontre au printemps.

Lundi je reprends le travail, je n’y entendrais pas non plus : tu pars un peu cet été ?

Oh oui, je reprends dans quelques jours, de belles jambes je disais ?! Euh, des jambes poilues surtout. Faut que je retrouve mon rasoir dans cette salle de bain que j’ai nettoyée et réarrangée au moins quatre fois. Et en même temps, sous un jean…

 

JOUR 54 : DES MASQUES

Bon ben, ça y est, à l’approche de la reprise du travail en présentiel et plus face à un écran, je vais céder au DIY du moment : coudre des masques. J’ai sélectionné les tissus en coton qui me semblaient les plus serrés, mais en même temps, comment savoir si ça va suffire. Je le fais plus pour protéger les autres et peut être qu’avec un masque je serai moins tenté de me toucher machinalement le visage. Ah moins que ce soit l’inverse.

Bref, je reprends lundi, on aura le droit à deux masques par jour au travail. S’il faut les changer toutes les quatre heures, ça va être juste pour le temps de travail, pendant la pause méridienne à chacun de se débrouiller. Et puis, je préfère partir de chez moi directement avec un masque que j’aurais mis dans le calme avec les mains propres. Eh oui, je vais faire partie de ces gens qui conduisent avec un masque et qui jusqu’alors me faisaient sourire.

Espérons que les masques nous protège vraiment, le « c’est mieux que rien » que j’entends partout, est-il vrai ? Je suis vraiment ambivalente avec la reprise du travail en présentiel : d’un côté je n’en peux plus d’être seule et de l’autre je suis angoissée à l’idée de prendre des risques avec ma santé. Allez, faisons l’autruche, direction youtube pour passer plus de temps à regarder des tutos pour réaliser les masques afnor qu’à les coudre réellement.

JOUR 55 : VIVEMENT DEMAIN !!!!

J’ai dans la tête un refrain qu’une collègue à chanter lors de la dernière réunion en visio : « déconfinez-moi, mais pas trop vite, mais pas tout de suite, déconfinez-moi ».

L’inquiétude est là, je sens que je suis nouée au niveau des épaules et de la mâchoire. Et en même temps, l’anticipation des retrouvailles avec mes parents et mes collègues me rend folle de joie. Folle, on n’en doutait plus, de joie, j’ai un vague souvenir de cette émotion, ça remonte à tellement longtemps.

55 jours !

 

 

 

 Je prends soin de moi et des autres en restant chez moi !


Laissez-moi un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués par un *